Accueil » Organisation obsèques » La crémation

Organiser une crémation dans la métropole de Lyon


La crémation, quelquefois appelée incinération, est une pratique funéraire qui consiste à « crématiser » le corps du défunt, préalablement placé dans un cercueil.

Le choix de la crémation ou de l’inhumation doit être conforme avec les souhaits et les rites funéraires de la personne décédée (les religions musulmane, israélite et orthodoxe n’acceptent pas la crémation).

Si le défunt n’avait pas fait connaître ses volontés de son vivant pour l’organisation de ses obsèques à Lyon, c’est la personne ayant qualité pour pourvoir aux obsèques ou le parent le plus proche qui prendra la responsabilité de cette décision.

Le convoi est assuré par notre service funéraire public, du lieu de mise en bière jusqu’au crématorium. Après la crémation, les cendres sont déposées dans une urne funéraire et peuvent être dispersées dans un jardin du souvenir ou en pleine nature. L’urne peut également être inhumée dans une case de columbarium, dans une concession terre, caveau ou cinéraire, dans un rocher ou bien scellée sur un monument funéraire.

Crémation à Lyon : organiser une incinération

Comment se déroule une crémation ?


La cérémonie de funérailles

Après la fermeture du cercueil, une cérémonie d’obsèques civile ou religieuse peut être organisée pour rendre un dernier hommage à l’être cher. Le Crématorium de Lyon Guillotière, situé au 17 Rue Pierre Delore dans le 8e arrondissement de Lyon, dispose de trois salles de cérémonie polyculte : la salle Édouard Herriot (100 personnes assises), la salle Victor Augagneur (50 places assises) et la salle Étienne Curny (50 places assises).

Le devenir des cendres

Après la mise à la flamme, les cendres sont recueillies par un agent du crématorium puis placées dans l’urne funéraire. Les conseillers funéraires de nos pompes funebres vous donnent les informations nécessaires pour faire le choix de l’urne en fonction du devenir des cendres.

L’urne est identifiée avec le nom et le prénom du défunt, son année de naissance et de décès ainsi que le nom du crématorium où se déroule la crémation.

Elle est remise à la famille avec l’attestation de crémation lors d’un rendez-vous dans un espace dédié à cet effet.

Si la personne avait fait part de ses volontés concernant la destination de ses cendres, celles-ci doivent impérativement être respectées. Dans le cas contraire, son entourage choisit entre la dispersion des cendres ou l’inhumation de l’urne.

Les crématoriums peuvent garder provisoirement l’urne pendant un délai d’un an maximum afin de laisser le temps nécessaire à la famille de se prononcer sur le lieu définitif de mémoire et de recueillement. En cas de non-récupération à l’issue de cette période, les cendres sont dispersées dans le jardin du souvenir du cimetière de la Guillotière à Lyon 8e.

Nos conseillers funéraires vous accompagnent dans

L’ORGANISATION COMPLÈTE DES OBSÈQUES

Permanence 24h/24 et 7j/7

La législation française concernant la crémation


La crémation a lieu entre 24 heures et 6 jours ouvrables après le décès (sauf dérogation préfectorale). Elle se déroule dans un crématorium choisi par la famille.

On en compte aujourd’hui plus de 200 en France, le crématorium du Père Lachaise à Paris étant le premier édifié en 1889, suivi par ceux des villes de Strasbourg, Reims et Marseille. Il existe un seul crématorium à Lyon, mis en service en 1913 sous le mandat de Maire d’Édouard Herriot (1872-1957), et localisé dans le nouveau cimetière de la Guillotière (Lyon 8e).

La crémation est soumise à l’autorisation de crémation par le Maire de la commune du lieu de fermeture du cercueil sur présentation des documents suivants : l’acte de décès, la demande de crémation signée de la personne qui pourvoit aux funérailles, le certificat médical de décès et/ou le permis de crémation.

En France, la loi impose que le défunt soit obligatoirement placé dans un cercueil pour être incinéré.

La destination définitive des cendres du défunt après les obsèques


En décembre 2008, la législation française confère officiellement un statut aux cendres issues de la crémation et spécifie qu’il est strictement interdit de garder une urne à domicile, de partager et/ou de mélanger les cendres.

La famille et ses proches ont le choix entre différentes destinations :

La dispersion des cendres


Dans le « jardin du souvenir » d’un cimetière.
En pleine nature (à l’exception de la voie publique), ou en pleine mer, à plus de 300 mètres des côtes. Il est également possible de procéder à l’immersion de l’urne à la condition qu’elle soit composée de matériaux biodégradables (interdit dans les rivières et les fleuves).

L’inhumation


Dans une concession (pleine terre, caveau ou cinéraire).
Dans une propriété privée. Elle est autorisée à titre exceptionnel sous certaines conditions encadrées par la loi : l’autorisation du propriétaire du terrain, la consultation d’un hydrogéologue agréé par l’Agence Régionale de Santé (ARS) et l’autorisation d’inhumation du préfet du département du Rhône (69). À noter que la propriété doit être située en dehors d’une zone urbaine, à au moins 35 mètres d’une habitation.

Les autres destinations


Le dépôt dans une case de columbarium d’un cimetière communal ou dans le rocher.
Le scellement sur un monument funéraire.

Suivant la destination retenue, votre conseiller funéraires se charge des démarches nécessaires : déclaration de destination des cendres auprès de la commune du lieu de naissance du défunt, ou demande d’autorisation à la mairie de la commune du cimetière dans lequel l’urne sera scellée, déposée, inhumée ou dispersée.

Si vous souhaitez transporter l’urne en Europe ou à l’étranger, un conseiller funéraire de notre entreprise de services funéraires se chargera des formalités administratives en fonction de la loi en vigueur dans le pays de destination et le moyen de transport (route, air…).

Retour haut de page